Les visites à ne pas manquer

Béarn : sur les traces du roi Henri

Pic du Midi d'Ossau
Pic du Midi d'Ossau

Quand on évoque des vacances dans le Sud-Ouest, ce n’est pas forcément la première destination à laquelle on pense. Adossé aux Pyrénées, entre vignoble et gaves, le Béarn vous réserve pourtant de très belles surprises.

Si sa culture est moins présente, moins évidente que celle de son voisin, le Pays Basque, le Béarn reste quand même une région chargée d’histoire qu’il s’agisse du règne de Gaston Phébus, de la promulgation de la première constitution de l’histoire au Parlement de Navarre, bien sûr la naissance du roi Henri IV ou plus récemment du camp de Gurs près de Navarrenx qui fut un des grands camps d’internement en France entre 1939 et 1945. Par ailleurs, autre raison d’aller y passer vos vacances, le Béarn est une « terre plurielle » qui vous en mettra plein la vue. Où que vous soyez, dans un rayon de moins de 50 km, vous découvrirez des paysages totalement différents. Une trentaine de campings vous attendent.

Pau : un livre d’histoire… mais pas que !

Le Château de Pau vu du Gave
Le Château de Pau vu du Gave© PauPyrénéesTourisme-Guilhamasse

Se promener dans Pau, c’est d’abord parcourir les pages d’un livre d’histoire. Cela commence bien entendu par la visite du Château de Pau où est né Henri IV. Au fil des salles, vous découvrirez ou redécouvrirez celui qui fut un des grands rois de France avec notamment la carapace de tortue dans laquelle il serait né. Parcourant les siècles, arrêtez-vous au Musée Bernadotte qui raconte la vie de celui qui, Maréchal d’Empire est devenu roi de Suède, a créé une dynastie encore sur le trône de nos jours. L’histoire, c’est encore le Parlement de Béarn où fut promulguée la première constitution dont se sont inspirés par la suite Pascal Paoli en Corse ou les grands révolutionnaires. Amateurs de vieilles pierres, allez-vous perdre dans les ruelles du vieux quartier du Hédas.

Mais Pau, c’est aussi une formidable incitation à la flânerie à goûter cette douceur de vie qui a séduit les sujets de sa très gracieuse majesté, il y a un peu plus d’un siècle. En partant de la gare, empruntez le vieux funiculaire qui vous déposera sur le Boulevard des Pyrénées, ce magnifique balcon sur les montagnes qui part du Parc Beaumont et de son casino pour arriver au château de Pau. Faites quelques allées retours et contemplez les montagnes. A ce stade de l’histoire, il y a une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne, c’est que si vous les voyez bien, c’est un spectacle dont même les vieux palois ne se lassent jamais. La mauvaise… c’est que c’est souvent signe de pluie. Après, traversez le parc Beaumont pour découvrir les fabuleuses villas construites au début du 20e siècle par de riches anglais en mal de villégiature.

Les trois vallées… mais aussi

Oloron Sainte Marie, la capitale du... béret basque
Oloron Sainte Marie, la capitale du... béret basque© OT Piémont Oloronais

Le Béarn, ce sont aussi les trois vallées qui conduisent de la plaine aux montagnes. La Vallée d’Ossau, qui s’achève au Col du Pourtalet, permet d’accéder aux stations de ski de Gourette et d’Artouste. Au gré d’une route qui prend son temps, elle fait éclater sur votre pare-brise le Pic du Midi d’Ossau, symbole de toute la région. C’est ensuite la Vallée d’Aspe qui part d’Oloron, la capitale française… du béret basque pour aller jusqu’au col du Somport. C’est enfin la Vallée de Baretous qui permet aussi d’accéder à la frontière en passant par la Pierre Saint Martin. Quelle que soit celle que vous choisirez, vous verrez les couleurs, les paysages changer au fil des kilomètres.

En remontant vers le nord, vous vous entrerez dans le « Béarn de Gaves ». La cité médiévale de Navarrenx vous accueille. Construite le long du Gave d’Oloron, c’est la capitale française de la pêche au saumon. Poussez un peu plus loin jusqu’à Salies de Béarn, une station thermale située entre le Gave d’Oloron et le Gave de Pau. Faites une dernière halte à Orthez et mettez vos pas dans ceux de Gaston Phébus avec notamment le Pont vieux et la Tour Moncade.

Une terre d’épicuriens

Mais le Béarn, c’est enfin une région où le bien vivre et le bien manger sont élevés au rang de religions. Allez vous perdre par exemple dans le vignoble de Jurançon planté en grande partie sur des coteaux et dont la couleur change au fil des saisons, allant du vert le plus gourmand au printemps au fauve le plus éclatant à l’automne. Cette terre de tradition agricole, c’est aussi un fabuleux panier garni avec des produits et des plats dont la seule évocation suffit à « vriller les papilles » comme la Garbure, cette soupe paysanne qui tient fabuleusement au corps ou la Poule au pot chère à Henri IV et à Sully. Laissez vous aussi tenter par tous les produits dérivés du canard, confits, pâtés, foie gras, etc. Pour « faire descendre », vous aurez l’embarras du choix avec le Jurançon, un blanc sec ou moelleux, dont on dit qu’il fut servi au baptême du futur roi Henri, avec le Madiran qui enchantera un confit servi avec sa poêlée de cèpes… avec modération bien sûr.

 

Voir tous mes campings consultés