Vacances dans le Pas de Calais : Osez le Nord !

Photo Deseaunois

En quelques années, l’image du Pas de Calais a totalement changé. Elle le doit sans aucun doute possible à un certain film mais aussi au travail énorme réalisé par les responsables régionaux du tourisme pour mettre en valeur un patrimoine qu’il soit naturel, industriel, culturel ou autre.

On a coutume de dire que lorsqu’on arrive dans le Pas de Calais qu’on pleure deux fois, quand on arrive et quand on repart. Pendant longtemps, quand on évoquait cette région, revenait immanquablement des images de puit de mines fermés, de corons vieillissants, en clair une région où il ne serait venu à l’idée de personne d’aller passer ses vacances. Pourtant, en quelques années, cette image a fondamentalement changé et les responsables du tourisme se sont battus pour mettre en valeur un patrimoine considérable, bien aidés en cela par un certain… Dany Boon. Rien ne vous empêche désormais d’aller y passer vos vacances, bien au contraire, d’autant que plus de 220 campings vous attendent.

Des vacances nature

Choisir le Pas de Calais pour vos vacances, c’est d’abord la promesse d’un grand bol d’air frais. Que vous décidiez de profiter des immenses plages, d’emprunter les sentiers de randonnées pédestres ou cyclables, de découvrir des paysages étonnants, vous irez de surprises en surprises.

-Côte d’Opale : de Calais à Berck sur mer, 120 km de côte vous attendent avec au choix de hautes falaises ou d’immenses plages sur lesquelles vous pourrez vous balader, vous initier à des sports tels que le char à voile, ou faire voler votre beau cerf-volant. La Côte d’Opale, c’est aussi le « Site des deux Caps », Gris nez et Blanc nez qui s’étend sur près de 25 kilomètres avec « La Pointe aux oies » qui abrite plus de 250 espèces d’oiseaux. C’est enfin la Baie de Canches et sa réserve naturelle de 500 hectares ou la Baie d’Authie et ses colonies de phoques gris et de veaux marins.

-Marais Audomarois : cette zone humide classée de plus de 3500 ha a obtenu le label UNESCO « Man and Biosphère » en 2013. Elle est le résultat de 13 siècles de travail pour transformer un marécage en un marais cultivable. Pour preuve, une quarantaine de maraichers y produisent 50 légumes différents.

Plein les yeux

Vos vacances dans le Pas de Calais peuvent aussi être l’occasion de découvrir de véritables trésors architecturaux dont certains sont inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco. C’est par exemple le cas de la Citadelle d’Arras, construite par Vauban, mais aussi des beffrois de Calais et de Lille par exemple. C’est encore le centre-ville historique d’Arras et notamment la Grand Place et la Place des Héros avec leurs façades de style baroque flamand mais aussi l’hôtel de ville et son beffroi du 15e siècle.  

Au nord… c’était les corons

L’image du Pas de Calais ne saurait être dissociée de celle de l’industrie minière qui demeure, encore aujourd’hui, partout présente. Vous pourrez par exemple découvrir la vie des mineurs en visitant le site du « 11/19 » qui a fonctionné entre 1884 et 1986 près du musée du Louvre-Lens (un pari très audacieux), le 9/9 bis à Oignies datant des années 30 ou le carreau de la fosse de Wallers Aremberg. Si vous ne deviez faire qu’une visite, ce serait celle du Centre Historique de la Mine et à la Fosse Delloye à Lewarde pour découvrir ce qu’était le travail à la mine et rencontrer d’anciens mineurs. Mais l’héritage des mines, il est aussi à Lens avec l’actuelle faculté des Sciences Jean Perrin installée dans les anciens Grands Bureaux de la Compagnie des Mines de Lens ou dans la piscine de Béthune-Bruay au style arts-déco qui avait été financée par les Charbonnages.

Mais l’histoire dans le Pas de Calais, ce sont aussi les nombreuses traces laissées par deux guerres mondiales successives comme « L’anneau de la mémoire » à Notre-Dame de Lorette où se déroulèrent certains des combats les plus sanglants de la Bataille d’Artois durant la première guerre mondiale, le Mémorial Canadien de Vimy, morceau de terre canadienne surplombant la plaine d’Artois ou les nombreux vestiges du Mur de l’Atlantique, etc.

 

A table !

Enchainer baignade, randonnées, visites de sites miniers et de musée, c’est bien mais profiter des nourritures terrestres c’est pas mal aussi. De ce point de vue aussi, le Pas de Calais a tout pour vous séduire à commencer par les produits de la mer, Boulogne étant le premier port de pêche français. Dans un autre domaine, « La 2 Caps », « La Blanche de Wissant », la « Noire de Slack », la « Belle Dalle » sont autant de preuve de la très longue tradition brassicole du département. Enfin, dire que le Pas de Calais est un immense… « Plateau de fromage » est proche de la vérité. Du désormais célébrissime Maroilles au Fromage de Bergues affiné à la bière en passant par la Boulette d’Avesnes, près d’une centaine, dont certains quasi-confidentiels, ont été répertoriés.

Alors, convaincus ?

A travers ces lignes, nous espérions vous avoir donné envie de mettre cap au nord pour vos prochaines vacances. En plus de tous les coins de voile soulevés, il y a un dernier atout du Pas de Calais dont nous n’avons pas encore parlé, la qualité de l’accueil que vous recevrez, cet accueil chanté jadis… par un homme du sud.

publié le : 16/06/2016
par : Olivier Cottier

A lire aussi

22/09/2016
Quand la famille se réunit pour définir la destination des prochaines vacances, certains noms ne sortent pas forcément du chapeau au premier tirage… ni même au deuxième d’ailleurs. Pourtant, pour peu qu’on « saute le pas », de belles surprises peuvent être au rendez-vous. La Somme fait partie de ces destinations auxquelles on ne pense pas mais que vous n’oublierez pas.
13/07/2016
Peu d’objets sont plus emblématiques et résument mieux à eux seuls la culture et l’âme basque que ne peut le faire le makhila, « pointé de fer » embelli de corne, de laiton, d’argent, voire d’or. Les plus beaux sont construits dans un petit atelier de Laressorre, petit village situé à quelques kilomètres d’Espelette, dans lequel la famille Ainciart Bergara fabrique des makhilas depuis plus de deux siècles.