Port de Saint-Nazaire 

Le site portuaire de Saint-Nazaire abrite deux perles : le paquebot Escal'Atlantique et le sous-marin Espadon. Escal'Atlantique vous emmène dans le monde des croisières et des paquebots transatlantiques du siècle dernier. Dans des paquebots grandeur nature, on peut vivre quelques heures comme un passager à part entière. 3500 m2 à arpenter pour choisir sa cabine, se balader sur le pont et dans les salons, boire un verre au bar et visiter l'impressionnante salle des machines… Et pour un voyage au long cours dans les îles, ne manquez pas l'animation « Escal'Atlantique fait son tour du monde ». Affiches, objets, maquettes et musiques recréent les ambiances luxueuses de paquebots mythiques comme le France ou le Normandie, qui furent construits à Saint-Nazaire.

25 ans de missions, 650 000 kilomètres parcourus... Le sous-marin Espadon est le seul sous-marin à flot qui soit ouvert au public en France. C'est également le premier à avoir plongé sous la banquise. A son bord, vous découvrirez le mode de vie qu'un tel espace implique, et le scénario de son expédition au Pôle Nord, en 1964. Commentaires, témoignages et bruitages de torpille nous plonge en totale immersion.

Escal'Atlantique : Horaires : juillet-août : 7j/7, de 10h à 19h, hiver : 14h-18h. Le reste de l'année : 7j/7, 10h-12h30 et 14h-18h. Tarifs : adultes : 12€, tarif réduit : 8€

L'Espadon : horaires : fermeture annuelle en janvier. Le reste de l'année, ouvert 7j/7 10h-12h, 14h-18h

Tarifs : 6,90€/5,40€ (4-12ans) ou 8€/6€ (4-12ans) selon la saison

publié le : 28/01/2016

A lire aussi

22/09/2016
Quand la famille se réunit pour définir la destination des prochaines vacances, certains noms ne sortent pas forcément du chapeau au premier tirage… ni même au deuxième d’ailleurs. Pourtant, pour peu qu’on « saute le pas », de belles surprises peuvent être au rendez-vous. La Somme fait partie de ces destinations auxquelles on ne pense pas mais que vous n’oublierez pas.
13/07/2016
Peu d’objets sont plus emblématiques et résument mieux à eux seuls la culture et l’âme basque que ne peut le faire le makhila, « pointé de fer » embelli de corne, de laiton, d’argent, voire d’or. Les plus beaux sont construits dans un petit atelier de Laressorre, petit village situé à quelques kilomètres d’Espelette, dans lequel la famille Ainciart Bergara fabrique des makhilas depuis plus de deux siècles.