Plages du Débarquement : les pages d'un livre d'histoire

Mémorial de Caen

Nous sommes le 6 juin à l’aube, plus de 130 000 soldats vont débarquer sur 5 plages dont les noms resteront dans l’histoire : Sword beach, Juno beach, Gold beach, Omaha beach et Utah beach. Plus de 10 000 d’entre eux seront mis hors de combats dont plus de 2500 pour la seule plage d’Omaha. Plus de soixante-dix ans plus tard, une grande partie de la Normandie est devenue un grand livre d’histoire, le plus souvent à ciel ouvert.

Le débarquement de Normandie sur 5 plages, c’est un front d’une centaine de kilomètres allant en gros de Cabourg dans le Calvados à Quineville dans la Manche. Mais c’est aussi une zone de près de 70 km à l’intérieur des terres qui a servi de cadre à la Bataille de Normandie. Aujourd’hui, c’est une multitude de lieux chargés d’histoires qui peuvent servir de thème à vos prochaines vacances en Normandie. En effet, pourquoi ne pas vous servir d’un des campings normands comme d’un camp de base pour rayonner dans la région et feuilleter une à une les pages de ce grand livre d’histoire et mettre vos pas dans ceux des héros de juin 1944. En voici quelques-unes.

Cimetière américain de Colleville

C’est assurément un lieu de mémoire dont la seule évocation suffit à donner des frissons à ceux qui l’ont déjà visité. En effet, peu d’endroits liés au débarquement donnent à ce point l’impression d’être « habités » et pour cause. Ces 70 hectares offerts aux Etats-Unis par la France sont territoire américain. Sur des pelouses parfaites, parsemées d’arbres, près de 10 000 tombes sont alignées. La plupart sont surmontées d’une croix en marbre, d’autres d’une croix de David dans la même pierre et une poignée d’un croissant. Il domine la plage d’Omaha à laquelle il est possible d’accéder par des escaliers. Faites une expérience. Attendez la marée basse, descendez jusqu’à la plage et allez jusqu’à la limite de l’eau. Retournez-vous, remontez la plage en courant (plus de 500 m) et pensez aux soldats américains qui ont débarqué. Depuis 2007, dans l’enceinte du cimetière a été ouvert le « Normandy American Cemetery Center, un musée étonnant qui raconte le débarquement en se plaçant du point de vue de ceux qui l’ont fait. En repartant, arrêtez-vous une heure ou deux au Musée Overlord situé juste à l’entrée du cimetière.

Arromanches

Dans cette petite cité balnéaire, le débarquement a laissé des traces très visibles à commencer par les « Mulberries ». Il s’agit des éléments qui ont constitué un des deux ports artificiels (l’autre était installé devant Omaha Beach et a été détruit par une tempête) qui ont permis aux alliés d’approvisionner leurs troupes après le débarquement. Par ailleurs, sur les hauteurs de la ville, a été construit « Arromanches 360 ». Ce cinéma d’un genre particulier permet de projeter des films haute définition sur 9 écrans simultanément. Environnés par les images et les sons, vous aurez parfois l’impression d’avoir traversé le miroir pour passer du rôle de simple spectateur à celui d’acteur.

Memorial Pegasus Bridge

On connait tous ce pont qui enjambe l’Orne à Bénouville, il a été rendu célèbre dans le monde entier grâce au film « Le Jour le plus long ». Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, 180 soldats du Régiment anglais Oxs and Bucks, commandés par le Major John Howard se sont posés à bord de planeurs et se sont rendus maitres du pont en moins de 10 minutes. Le lendemain, vers midi, les Bérets Verts de Lord Howat, comprenant les 177 hommes du Commando Kieffer, et précédés du joueur de cornemuse Bill Millin arrivaient en renfort. Ce pont a été baptisé « Pegasus Bridge » en souvenir de l’insigne que les commandos anglais portaient sur leur manche. En 1994, il a été remplacé par sa copie en plus grand pour être exposé dans le parc du « Memorial Pegasus Bridge ». Il voisine notamment un exemplaire du planeur Horsa.

Le Mémorial de Caen

Comme peut l’être le cimetière américain de Colleville, le Mémorial de Caen fait partie des visites incontournables de votre circuit autour du Débarquement. En allant même plus loin, le conseil que nous vous donnons est de commencer par lui. En effet, il vous propose un voyage à travers toute l’histoire du 20e Siècle, vous permettant de comprendre par exemple à quel point les accords de Versailles de 1919 portaient en eux le germe de la seconde guerre mondiale, la rendant inévitable. Une mise en scène exceptionnelle de milliers de documents, des films remarquables, des expositions thématiques permanentes ou non font de ce musée un des meilleurs du genre

Mais encore…

Si ces hauts lieux peuvent suffire à vous faire revivre ce qui fut une des périodes les plus extraordinaires de notre histoire, la Normandie en recèle une multitude d’autres comme le Musée d’Utah Beach installé sous une immense verrière, le Centre Juno Beach qui se donne des airs de « Musée Guggenheim », le cimetière militaire britannique de Bayeux qui regroupe près de 5000 soldats du Commonwealth mort durant la Bataille de Normandie ou l’Airborn Muséum de Sainte Mère l’Eglise qui célèbre les milliers de soldats parachutés au-dessus de la Normandie. Par ailleurs, comme pour prouver l’importance que le débarquement a pu avoir, rares sont les villages Normands qui ne se sont pas offerts un petit musée. Pour en savoir plus et préparer votre circuit, faites appels aux offices du tourisme ou aller sur ce site : www.normandiememoire.com

publié le : 27/04/2016
par : Olivier Cottier

A lire aussi

22/09/2016
Quand la famille se réunit pour définir la destination des prochaines vacances, certains noms ne sortent pas forcément du chapeau au premier tirage… ni même au deuxième d’ailleurs. Pourtant, pour peu qu’on « saute le pas », de belles surprises peuvent être au rendez-vous. La Somme fait partie de ces destinations auxquelles on ne pense pas mais que vous n’oublierez pas.
13/07/2016
Peu d’objets sont plus emblématiques et résument mieux à eux seuls la culture et l’âme basque que ne peut le faire le makhila, « pointé de fer » embelli de corne, de laiton, d’argent, voire d’or. Les plus beaux sont construits dans un petit atelier de Laressorre, petit village situé à quelques kilomètres d’Espelette, dans lequel la famille Ainciart Bergara fabrique des makhilas depuis plus de deux siècles.