Palais Idéal du Facteur Cheval

Profitez de vos vacances pour découvrir une construction surprenante : le Palais Idéal du Facteur Cheval, sortie tout droit des rêves d'un homme : Ferdinand Cheval.

Ce facteur a imaginé pendant ses tournées (trente kilomètres à pied chaque jour) la construction d'un palais. En 1879, utilisant des pierres ramassées (toujours lors de ses tournées), Ferdinand Cheval s'est mis à construire un ensemble architectural très hétérogène. Tous les styles y sont mélangés : égyptien, hindou, château fort à la française, temple romain... Le tout agrémenté de statues colossales et de deux cascades, la Source de Vie et la Source de la Sagesse. On passe ainsi, au fil de la visite, de l'époque des pharaons au Moyen-âge, de l'architecture d'Angkor à celle d'une mosquée. De ce «palais», les gens de l'époque n'ont retenu que l'excentricité. Mais plus tard, Picasso, André Breton et les surréalistes l'ont reconnu comme une œuvre géniale d'architecture naïve.

Ouverture: décembre et janvier : 9 h 30 à 16 h 30; de février à mars et en octobre: 9 h 30 à 17 h 30; de avril  à juin et en septembre: 9 h 30 à 18 h 30; juillet et aout: 9 h 30 à 19 h.

Fermeture les 25 décembre et le 1er janvier, et du 15 au 31 janvier.

Tarifs : Adulte : 6,50 euros Enfant (de 6 à 16 ans) : 5 euros

Coordonnées :

8 rue du palais

26390 Hauterives

Tél. : 04 75 68 81 19

 

publié le : 28/01/2016

A lire aussi

22/09/2016
Quand la famille se réunit pour définir la destination des prochaines vacances, certains noms ne sortent pas forcément du chapeau au premier tirage… ni même au deuxième d’ailleurs. Pourtant, pour peu qu’on « saute le pas », de belles surprises peuvent être au rendez-vous. La Somme fait partie de ces destinations auxquelles on ne pense pas mais que vous n’oublierez pas.
13/07/2016
Peu d’objets sont plus emblématiques et résument mieux à eux seuls la culture et l’âme basque que ne peut le faire le makhila, « pointé de fer » embelli de corne, de laiton, d’argent, voire d’or. Les plus beaux sont construits dans un petit atelier de Laressorre, petit village situé à quelques kilomètres d’Espelette, dans lequel la famille Ainciart Bergara fabrique des makhilas depuis plus de deux siècles.