Maison de Clemenceau : dans le refuge du Tigre

Photo OC

Vous prévoyez de passer vos vacances en Vendée . Vous cherchez une visite sympa, pas trop longue et qui de surcroit vous permettra de faire un voyage de plus d’un siècle dans l’Histoire de France. A Saint Vincent sur Jard, faites une halte dans une longère vendéenne devant l’océan. Elle fut le dernier refuge d’un des très grands hommes du 19e et du 20e siècle, Clémenceau.

Si vous recherchez un beau manoir avec de grandes dépendances et un vaste parc arboré, vous risquez d’être quelque peu surpris. « Une cabane de Pêcheur face à la mer », « ma Bicoque », c’est en ces termes que Clémenceau définissait cette maison posée sur une dune, en Vendée. De fait, de tous les Musées nationaux dont l’état à la charge, c’est certainement un des plus modestes.

Un lieu modeste… mais habité

C’est vrai qu’au premier abord on a du mal à imaginer que cette longère qui semble « posée » là depuis des siècles, battue par les vents et les embruns ait abrité un « géant de l’histoire ». Pour faire simple, on entre à un bout et on ressort par l’autre. Comme dans toutes les longères, les pièces sont installées en enfilade, de l’ancien garage (qui sert de salle d’exposition) à la « Chambre-bureau » de Clémenceau en passant par la grande cuisine, les chambres d’amis et la bibliothèque contenant plus de 1500 livres. Tout est resté en l’état, les meubles, les livres, le bureau de Clémenceau, sa collection d’art exotique. Cette maison semble encore habitée par ce grand personnage. Il est allé faire un tour dans le jardin… et il revient.

Un jardin… impressionniste

L’autre joyau de la « Maison de Clémenceau »  est son immense jardin qui « lui sert d’écrin » et qui descend d’un côté quasiment jusqu’à la mer. Son grand ami Monet, de passage à Saint Vincent sur Jars, parlait à son propos, « d’une palette embroussaillée ». De fait, au premier regard, on a l’impression d’un immense fouillis, d’un parc laissé à l’abandon. Puis en se promenant, petit à petit, on se rend compte que chaque arbre ou arbuste est à sa place, que des sentiers permettent de s’y perdre et qu’à l’image d’un tableau impressionniste, en prenant un peu de recul, on en prend plein la vue. Il est le fruit d’un travail considérable. En effet, durant des années, Clémenceau a mélangé le sable de la dune, sur laquelle est construite la maison, avec de la terre afin de faire toutes ces plantations. Le résultat, c’est ce jardin un peu fou. Petit conseil, à la fin de la visite descendez en bas du jardin, asseyez-vous un moment sur un des bancs qui font face à l’océan et… regardez passer le temps !

Horaires : du 2 janvier au 14 mai – du mardi au dimanche de 10 h 00 à 12 h 30 et de 14 h 00 à 17 h 30 ; du 15 mai au 15 septembre – tous les jours de 10 h 00 à 12 h 30 et de 14 h 00 à 18 h 30 ; du 16 septembre au 31 décembre - du mardi au dimanche de 10 h 00 à 12 h 30 et de 14 h 00 à 17 h 30. Tarif : 6 € (plein tarif).

publié le : 24/08/2017

Découvrir l’offre campings

A lire aussi

24/08/2017
Vous prévoyez de passer vos vacances en Vendée . Vous cherchez une visite sympa, pas trop longue et qui de surcroit vous permettra de faire un voyage de plus d’un siècle dans l’Histoire de France. A Saint Vincent sur Jard, faites une halte dans une longère vendéenne devant l’océan. Elle fut le dernier refuge d’un des très grands hommes du 19e et du 20e siècle, Clémenceau.
22/06/2017
Riesling, Sylvaner, Gewurztraminer, Pinot noir, Muscat, Saering, la seule évocation de ces noms suffit à faire briller les yeux et à exciter les papilles. Et s’ils devenaient l’occasion de découvrir une région, un terroir et une culture ?  Et si vous mettiez le cap à l’Est et vers la Route des vins d’Alsace ?