Lubéron : La destination plurielle

Photos Office du tourisme

Le Lubéron ne se résume pas à l’image qu’on en a souvent donnée ces dernières années, à savoir une destination pour « Bobos parisiens en mal de villégiature… bio ». Le Lubéron c’est d’abord une région d’une richesse infinie qu’elle soit naturelle, architecturale, ou historique sans oublier un terroir à même de vous réserver quelques surprises.

Le Lubéron est un massif montagneux peu élevé de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Il s’étend des Alpes de Haute-Provence jusqu’au Vaucluse. Si vous recherchez, pour vos prochaines vacances, une destination où les paysages changent en quelques kilomètres, où de petits villages haut perchés vous offrent des panoramas tous plus beaux que les autres et de petites rues où vous pourrez flâner à l’envi, pas de doute, le Lubéron n’attend plus que vous. Pour la durée de votre séjour ou pour rayonner, une quarantaine de campings  sont à votre disposition.
 

Plein les yeux !

Partir en vacances dans le Lubéron, c’est l’assurance d’en prendre plein la vue quasiment en permanence avec des sites naturels parfois « retravaillés par l’homme ». C’est notamment le cas des carrières et mines d’ocre du Lubéron mais aussi une spécificité géologique étonnante, c’est le moins qu’on puisse dire, le Colorado Provençal. Ce paysage a été modelé par l’érosion depuis des milliers d’années mais surtout par l’homme. Les ocriers ont creusé le sol à la main pour trouver les pigments. Les sentiers se sont alors formés, suite aux coups de pioches. La nature quant à elle a modelé les chemins et ces monticules rocheux appelés les cheminées de fée. Les premiers sont des voies d’accès et les secondes des pyramides naturelles extraordinaires. La palette de couleurs qui va du violet au jaune, les sentiers de sable d’ocres et les formes insolites des cheminées font toute la splendeur des lieux. On se croirait parfois dans un western. C'est bien là l'origine de l'appellation du site le « Colorado provençal ». La balade au milieu de l’univers coloré des ocres est exceptionnelle et peut se faire à pied ou à vélo grâce à de nombreux sentiers balisés.

Les amoureux des vieilles pierres gâtés

La nature c’est bien, mais le Lubéron c’est aussi un patrimoine architectural considérable. Il s’agit d’une multitude de petits villages dont certains sont perchés comme des sentinelles offrant de magnifiques panoramas et d’autres qui constituent autant d’invitation à la flânerie. C’est par exemple l’Isle sur la Sorgues, Apt, Cucuron qui a inspiré Daudet pour son histoire du « Curé de Cucugnan », Forcalquier et sa citadelle… qui touche de ciel, Gordes, etc. Justement, quand vous serez à Gordes, ne manquez surtout pas la visite de l’Abbaye Notre Dame de Sénanque. Encore occupée par des moines cisterciens, elle est entourée de champs de lavandes. Tout ceci n’étant qu’un tout petit aperçu de ce qui vous attend.

Les nourritures terrestres aussi…

Le patrimoine culinaire du Lubéron est à son image, d’une richesse et d’une variété quasi-infinie. Cela va de la truffe à l’huile d’olive en passant par la charcuterie ou la succulente viande d’agneau du Lubéron sans parler des nombreux fromages de chèvres produits dans la région et dont certains bénéficient même d’une AOC . Et pour accompagner le tout, cédez à la tentation, avec modération cela va de soi, du sang de la vigne, en l’occurrence du Côte du Lubéron (AOC). Il est à l’image de la région. Décliné en rouge, blanc et rosé, c’est un vin de caractère mais chaleureux comme le sont les paysages.

La richesse de ce que peut vous offrir le Lubéron est telle que nous ne pouvions, sauf à rédiger une encyclopédie, que vous en faire un résumé qui, nous l’espérons vous aura donné envie de venir. A bientôt donc. 

publié le : 24/04/2017

Découvrir l’offre campings

A lire aussi

24/08/2017
Vous prévoyez de passer vos vacances en Vendée . Vous cherchez une visite sympa, pas trop longue et qui de surcroit vous permettra de faire un voyage de plus d’un siècle dans l’Histoire de France. A Saint Vincent sur Jard, faites une halte dans une longère vendéenne devant l’océan. Elle fut le dernier refuge d’un des très grands hommes du 19e et du 20e siècle, Clémenceau.
22/06/2017
Riesling, Sylvaner, Gewurztraminer, Pinot noir, Muscat, Saering, la seule évocation de ces noms suffit à faire briller les yeux et à exciter les papilles. Et s’ils devenaient l’occasion de découvrir une région, un terroir et une culture ?  Et si vous mettiez le cap à l’Est et vers la Route des vins d’Alsace ?