Les Arènes de Nîmes et la Maison Carrée

Amphithéâtre romain le mieux conservé de l'Antiquité, les Arènes de Nîmes furent édifiées par l'empereur Auguste au 1er siècle de notre ère.

La construction est imposante : de forme ovale, elle mesure 133m de long, 101m de large et 21m de haut, et sa symétrie parfaite témoigne du savoir-faire incroyable des architectes de l'époque. Deux niveaux de 60 arcades superposées abritaient ainsi combats de gladiateurs, courses de chevaux, spectacles et fêtes de toutes sortes destinées à divertir le peuple et à représenter le pouvoir de l'empereur en province. On peut admirer des bas-reliefs d'époque et des sculptures rappelant les origines divines de ce dernier, comme celle représentant les jumeaux Romulus et Remus allaités par une louve, fils du dieu Mars et fondateurs de Rome.

A deux pas des arènes, la Maison Carrée est le seul temple antique au monde qui soit entièrement conservé ! Edifice-clé du pouvoir de l'empereur Auguste, il symbolisait sa puissance divine par la perfection de sa symétrie et par son apparence. La Maison Carrée est en effet inspirée des temples d'Apollon et Mars Ultor à Rome, deux divinités particulièrement vénérées par le peuple, patrons des arts et de la guerre, qualités que l'empereur se devait de personnifier.

Arènes : ouvert toute l'année de 9h à 17h, 18h30 au printemps, 19h en été. Adultes 10 euros, tarif réduit 8 euros

Maison Carrée : 10h à 18h30, 19h en été (fermé de 13hà 14h d'octobre à décembre). Adultes 6 euros, tarif réduit 5 euros.

Coordonnées :
1 Boulevard Victor Hugo
30000 Nîmes
Tél. : 04 66 21 82 56

publié le : 28/01/2016

A lire aussi

22/09/2016
Quand la famille se réunit pour définir la destination des prochaines vacances, certains noms ne sortent pas forcément du chapeau au premier tirage… ni même au deuxième d’ailleurs. Pourtant, pour peu qu’on « saute le pas », de belles surprises peuvent être au rendez-vous. La Somme fait partie de ces destinations auxquelles on ne pense pas mais que vous n’oublierez pas.
13/07/2016
Peu d’objets sont plus emblématiques et résument mieux à eux seuls la culture et l’âme basque que ne peut le faire le makhila, « pointé de fer » embelli de corne, de laiton, d’argent, voire d’or. Les plus beaux sont construits dans un petit atelier de Laressorre, petit village situé à quelques kilomètres d’Espelette, dans lequel la famille Ainciart Bergara fabrique des makhilas depuis plus de deux siècles.