Le Château des Ducs de Bretagne

Eusebius

L'actuel château des ducs de Bretagne a été construit au 15ème siècle, à la place d'un premier château, sur une muraille gallo-romaine encore visible aujourd'hui. Œuvre de François II, dernier duc de Bretagne indépendant face au pouvoir royal, le château est une forteresse défensive, comme la résidence principale de la cour ducale. Les mariages de sa fille Anne de Bretagne avec les rois de France, Charles VIII et Louis XII, ont rendu inutile le rôle défensif de la construction. La nouvelle reine a donc décidé de l'embellir. Des éléments de style Renaissance ont ainsi été ajoutés, comme les blasons, les lucarnes du Grand Logis et les loggias de la tour de la Couronne d'Or. Aux 16ème et 17ème siècles, le château des ducs de Bretagne est devenu la résidence bretonne des rois de France, avant d'être une caserne, un arsenal militaire et enfin, une prison. Pendant l'Occupation, les Allemands y ont même construit un bunker.

Fort de ses transformations successives, le château abrite aujourd'hui le musée d'Histoire de Nantes. A travers trente-deux salles, on découvre l'histoire du site et celle de la ville, et plus de 800 objets de collection. Un parcours architectural et des dispositifs multimédia sont proposés au public.

 

Horaires : Ouvert 7j/7 septembre à juin : 10h-18h, juillet-août : 9h-20h, nocturnes jusqu'à 23h

Tarifs : cour du château, remparts et jardins en accès libre. Musée + exposition : adultes 8€ euros , tarif réduit 5 euros

Coordonnées :

4 Place Marc Elder

44000 Nantes

 

Tél. : 08 11 46 46 44

 

 

publié le : 28/01/2016

A lire aussi

22/09/2016
Quand la famille se réunit pour définir la destination des prochaines vacances, certains noms ne sortent pas forcément du chapeau au premier tirage… ni même au deuxième d’ailleurs. Pourtant, pour peu qu’on « saute le pas », de belles surprises peuvent être au rendez-vous. La Somme fait partie de ces destinations auxquelles on ne pense pas mais que vous n’oublierez pas.
13/07/2016
Peu d’objets sont plus emblématiques et résument mieux à eux seuls la culture et l’âme basque que ne peut le faire le makhila, « pointé de fer » embelli de corne, de laiton, d’argent, voire d’or. Les plus beaux sont construits dans un petit atelier de Laressorre, petit village situé à quelques kilomètres d’Espelette, dans lequel la famille Ainciart Bergara fabrique des makhilas depuis plus de deux siècles.