La Rhune : dominer la côte basque

Photo Oso

Avec 905 m d’altitude, la Rhune (Larrun en basque) domine la côte basque. Quand le temps est clair (si, si c’est possible !) on peut apercevoir San Sébastian en se tournant du côté espagnol et côté français on contemple toute la baie de Saint-Jean de Luz jusqu’à Bayonne. Durant l’été, c’est un de lieux les plus fréquentés du Pays Basque avec plus de 340 000 personnes pour le seul « Petit train ».

Pour monter à la Rhune, il y a trois moyens. Vous pouvez utiliser un des nombreux sentiers de randonnée qui la parcourent. Ces dernières années, vous êtes de plus en plus nombreux à faire l’ascension en VTT mais le moyen le plus couramment utilisé reste le petit train à crémaillère.

A pied

Vous aimez les belles randonnées, un peu dures mais pas trop. Vous avez envie d’aller faire un petit coucou aux brebis ou aux célèbres petits chevaux basques Pottoks et de traverser de magnifiques paysages que ce soit sur le versant espagnol ou français. Dans ces conditions, vous pouvez très bien monter à pied. Il y a encore quelques années, près d’une centaines de sentiers de toutes sortes parcouraient la Rhune. Aujourd’hui, même si le nombre a diminué, ils restent suffisamment variés pour tous les gouts et tous les niveaux. Dans les offices de tourisme d’Urrugne, d’Ascain, de Sarre ou même au départ du petit train, vous trouverez tous les itinéraires et conseils nécessaires. En fonction du sentier choisi, comptez entre deux et trois heures de marche. Un des plus sympas, mais pas forcément le plus facile, est le Sentier du Petit Train qui suit de loin en loin le trajet du tortillard à crémaillère.

A vélo

Depuis quelques années, des itinéraires VTT ont été aménagés. Les montées font souvent mal aux mollets et les descentes… parfois mouvementées. En tout état de cause, quel bonheur une fois en haut. Quel que soit le moyen utilisé pour y parvenir, faites une pause dans une des Ventas du sommet  pour déguster une tortilla ou quelques tranches d’un jambon, faire quelques petites courses… avant de redescendre.

Le petit train

C’est assurément le moyen le plus utilisé avec plus de 340 000 passagers par an. Ce petit train électrique à crémaillère date des années 20 et a été restauré superbement. Vous passerez du Col de Saint-Ignace à 169 m jusqu’au sommet à 905 m. Entre les deux, 35 mn de pur bonheur durant lesquelles vos yeux ne sauront où se poser tant les paysages sont beaux. Outre les Pottoks, vous ferez aussi la connaissance des moutons Manex (prononcer manèche) à tête noire dont le lait permet de fabriquer l’Ardi Gasna, ce fromage qu’on accompagne de la confiture de cerise noire d’Itxassou et avec un peu de chance, vous serez survolés par de grands rapaces et pour peu qu’il fasse un peu chaud, vous serez assaillis par toutes les odeurs de la nature.

Seulement un tel moment de plaisir, ça se mérite  et avant de monter dans votre wagon, vous devrez probablement attendre un bon moment. Pour éliminer les queues interminables, vous avez désormais la possibilité de réserver vos billets par internet et une vente en continu vous donne la possibilité d’acheter au guichet des billets à l’avance sur la journée.

Informations pratiques

-Horaires Basse saison : départs à 9h30 – 10h00 – 10h40 – 11h20 – 12h00 – 14h00 – 14h40 – 15h20 – 16h00

-Haute saison (du 11/07 au 31/08) : Départs à 8h20 – 8h50 puis toutes les 40 mn jusqu’à 17h30 Durée de l’excursion : minimum 2h aller/retour

-Tarifs aller-retour : Adultes : 18€ Enfants de 4 à 12 ans : 11€ (gratuit moins de 4 ans) Forfait famille : 54€ (sauf juillet-août) Réservation conseillée sur www.rhune.com

publié le : 23/06/2016
par : Olivier Cottier

A lire aussi

22/09/2016
Quand la famille se réunit pour définir la destination des prochaines vacances, certains noms ne sortent pas forcément du chapeau au premier tirage… ni même au deuxième d’ailleurs. Pourtant, pour peu qu’on « saute le pas », de belles surprises peuvent être au rendez-vous. La Somme fait partie de ces destinations auxquelles on ne pense pas mais que vous n’oublierez pas.
13/07/2016
Peu d’objets sont plus emblématiques et résument mieux à eux seuls la culture et l’âme basque que ne peut le faire le makhila, « pointé de fer » embelli de corne, de laiton, d’argent, voire d’or. Les plus beaux sont construits dans un petit atelier de Laressorre, petit village situé à quelques kilomètres d’Espelette, dans lequel la famille Ainciart Bergara fabrique des makhilas depuis plus de deux siècles.