L'Océarium du Croisic

L'Océarium du Croisic est un aquarium d'eau de mer qui présente la faune du littoral atlantique : la Nurserie abrite des bébés homards bleus, de petites raies, des hippocampes. L'Océan, un autre aquarium, présente deux cents spécimens et peut être découvert en profondeur grâce à un tunnel transparent.

On peut assister au repas des poissons donné par un plongeur pour observer le comportement des daurades, mérous et raies pastenague. L'espace Nautilus, au décor de sous-marin, est un hommage au roman de Jules verne. On y découvre de gracieuses entre autres des tortues marines et des maquereaux. D'autres aquariums nommés Belle Ile ou Cap Corse complètent ce tour du littoral français.

Petit détour par le sud avec le bassin des manchots du Cap qui vous fera découvrir leurs jeux et leurs techniques de pêche ; celui des requins d'Australie (requin taureau, Pointe noire, Grey nurse…) permettant d'admirer quinze requins dans un immense aquarium de 18 mètres de long.
Enfin, l'Océarium propose un bassin tactile pour l'éveil et le plaisir des enfants, et des jeux pour mieux comprendre la vie aquatique.

Horaires : 10h-18h 7j/7, fermeture à 19h juillet et août

Tarifs : adultes : 12€,50 euros , enfants de 3 à 12 ans inclus : 9€,50 €, gratuit pour les moins de 3 ans

Coordonnées :

Avenue de Saint-Goustan
44490 LE CROISIC
Tél. : 02 40 23 02 44
Fax : 02 40 23 22 93

publié le : 28/01/2016

A lire aussi

22/09/2016
Quand la famille se réunit pour définir la destination des prochaines vacances, certains noms ne sortent pas forcément du chapeau au premier tirage… ni même au deuxième d’ailleurs. Pourtant, pour peu qu’on « saute le pas », de belles surprises peuvent être au rendez-vous. La Somme fait partie de ces destinations auxquelles on ne pense pas mais que vous n’oublierez pas.
13/07/2016
Peu d’objets sont plus emblématiques et résument mieux à eux seuls la culture et l’âme basque que ne peut le faire le makhila, « pointé de fer » embelli de corne, de laiton, d’argent, voire d’or. Les plus beaux sont construits dans un petit atelier de Laressorre, petit village situé à quelques kilomètres d’Espelette, dans lequel la famille Ainciart Bergara fabrique des makhilas depuis plus de deux siècles.