Grotte de Lascaux II

Sur la rive gauche de la Vézère, la grotte de Lascaux est un témoignage de la vie et de l'art des hommes préhistoriques.

la grotte préhistorique de Lascaux a été découverte en 1940 par quatre adolescents se baladant dans les bois. Impossible pour eux alors, de deviner qu'ils faisaient l'une des plus grandes découvertes archéologiques de tous les temps. Dans un état de conservation remarquable pour ses 17 000 ans, la grotte offre de magnifiques peintures rupestres : chevaux jaunes, vaches rouges, cerfs et taureaux noirs, semblent bondir sur les parois.

Mais dès 1955, Lascaux commence à être victime de son succès. Avec 1200 touristes par jour, les motifs se dégradent à cause du CO2 rejeté par les visiteurs. Mousses et algues se développent sur les parois, et entraînent la fermeture de la grotte au public en 1963. La grotte que l'on visite aujourd'hui est une copie plus vraie que nature située à 200 mètres du site original. Lascaux II est ainsi ouverte au public depuis 1983, on peut y admirer les peintures rigoureusement reproduites : scène du Puits, frise des Cerfs, panneaux de la Vache Noire, et bien d'autres merveilles faisant partie de notre histoire, que l'on peut également admirer au Centre d'art préhistorique du Thot à Thonac.

Site ouvert tous les jours (fermé le lundi hors saison). Fermeture annuelle en janvier et début février

Adulte : 10,50 euros, enfants : 6,50 euros

 

Coordonnées :

Grotte de Lascaux II

24290 Montignac

Tél. : 05 53 05 65 65

 

publié le : 28/01/2016

A lire aussi

22/09/2016
Quand la famille se réunit pour définir la destination des prochaines vacances, certains noms ne sortent pas forcément du chapeau au premier tirage… ni même au deuxième d’ailleurs. Pourtant, pour peu qu’on « saute le pas », de belles surprises peuvent être au rendez-vous. La Somme fait partie de ces destinations auxquelles on ne pense pas mais que vous n’oublierez pas.
13/07/2016
Peu d’objets sont plus emblématiques et résument mieux à eux seuls la culture et l’âme basque que ne peut le faire le makhila, « pointé de fer » embelli de corne, de laiton, d’argent, voire d’or. Les plus beaux sont construits dans un petit atelier de Laressorre, petit village situé à quelques kilomètres d’Espelette, dans lequel la famille Ainciart Bergara fabrique des makhilas depuis plus de deux siècles.