Conques

L'Abbaye Sainte-Foy de Conques est une étape célèbre des chemins de Compostelle. De style roman, l'Abbaye a été principalement construit aux onzième et douzième siècles.

 Seules les deux tours de façade ont été ajoutées au dix-neuvième siècle. Son plan est caractéristique des églises accueillant des pèlerins : des chapelles rayonnantes abritant les reliques de saints, un déambulatoire et des bas-côtés pour faciliter la circulation de la foule. Sainte-Foy est renommée pour le tympan de l'entrée occidentale, chef-d'œuvre de la sculpture romane représentant le Jugement Dernier, d'après l'Evangile selon Saint Matthieu. Y apparaissent cent-vingt quatre personnages, affichés sur trois niveaux. Au centre, le Christ règne en majesté. A sa droite, les élus sont rassemblés au Paradis et à sa gauche, les damnés, en Enfer. Les sept pêchés capitaux y figurent également, mettant en garde les fidèles contre les tentations terrestres. Le tympan est remarquable pour la finesse de ses sculptures et le détail apporté aux personnages, notamment sur l'expression de leurs visages.

Un fabuleux trésor

A l'intérieur de l'Abbaye, dans l'ancien réfectoire des moines, est gardé le Trésor de Conques. Le trésor se compose de pièces d'orfèvrerie religieuse uniques en France avec pour pièce maîtresse, la statue reliquaire de Sainte-Foy, protectrice de l'abbaye, garante de sa prospérité.

Coordonnées :

Prieuré Sainte-Foy de Conques

12320 Conques

Tél. 33 (0)5.65.69.85.12

Fax 33 (0)5.65.69.89.48

 

 

publié le : 28/01/2016
par : Move publishing

A lire aussi

22/09/2016
Quand la famille se réunit pour définir la destination des prochaines vacances, certains noms ne sortent pas forcément du chapeau au premier tirage… ni même au deuxième d’ailleurs. Pourtant, pour peu qu’on « saute le pas », de belles surprises peuvent être au rendez-vous. La Somme fait partie de ces destinations auxquelles on ne pense pas mais que vous n’oublierez pas.
13/07/2016
Peu d’objets sont plus emblématiques et résument mieux à eux seuls la culture et l’âme basque que ne peut le faire le makhila, « pointé de fer » embelli de corne, de laiton, d’argent, voire d’or. Les plus beaux sont construits dans un petit atelier de Laressorre, petit village situé à quelques kilomètres d’Espelette, dans lequel la famille Ainciart Bergara fabrique des makhilas depuis plus de deux siècles.