Château des Baux de Provence

Perché sur un éperon rocheux, le Château des Baux de Provence domine le paysage. Lieu idéal de surveillance et de défense, le site fut de tout temps convoité, de l'Antiquité à la Renaissance.

Au Moyen-âge les princes de Baux y ont construit une forteresse, et en ont fait leur principal outil de contrôle de la Provence, dominant ainsi plus de 70 villages des environs. De la puissance des seigneurs de Provence, il reste aujourd'hui un donjon et deux tours, et les vestiges de leur cité médiévale, où l'on découvre colombiers, maisons et chapelles. On peut également visiter la chapelle castrale qui protégeait symboliquement l'enceinte du château et l'ancien moulin de la cité. A l'entrée du château, la tour de Brau, belle construction de la fin du XVème siècle, abrite un musée. D'énormes machines de siège (la plus grande fait 16m de haut !), reconstituées d'après des documents datant du XIIIème siècle, permettent de comprendre quels étaient les moyens défensifs de l'époque : pour mieux comprendre, des projectiles sont tirés devant vous, à plus de 200 mètres…

Horaires : janvier, février, novembre, décembre : 10 h à 17 h; mars, octobre: 9 h 30 à 18 h 30; avril, mai, juin, septembre: 9 h à 19 h; juillet et aout: 9 h à 20 h.

Tarifs : adulte 10 euros, tarif réduit 8 euros

A moins d'1h, les arènes de Nîmes, les villes Avignon et Arles

Renseignements et réservations :

Téléphone : +33.4.90.54.55.56

Fax : +33.4.90.54.55.00

 

 

message@chateau-baux-provence.com

publié le : 28/01/2016

A lire aussi

22/09/2016
Quand la famille se réunit pour définir la destination des prochaines vacances, certains noms ne sortent pas forcément du chapeau au premier tirage… ni même au deuxième d’ailleurs. Pourtant, pour peu qu’on « saute le pas », de belles surprises peuvent être au rendez-vous. La Somme fait partie de ces destinations auxquelles on ne pense pas mais que vous n’oublierez pas.
13/07/2016
Peu d’objets sont plus emblématiques et résument mieux à eux seuls la culture et l’âme basque que ne peut le faire le makhila, « pointé de fer » embelli de corne, de laiton, d’argent, voire d’or. Les plus beaux sont construits dans un petit atelier de Laressorre, petit village situé à quelques kilomètres d’Espelette, dans lequel la famille Ainciart Bergara fabrique des makhilas depuis plus de deux siècles.